Didier Eisack

J’ai arrêté Otto Abetz – Histoire de mon grand-père, réfugié allemand, juif et résistant français.

28,90

À l’automne 1945, Joachim Eisack, Inspecteur de la Sûreté et grand-père de l’auteur, fait une bien curieuse découverte. De fil en aiguille, il se retrouve sur les traces d’Otto Abetz, l’Ambassadeur d’Hitler en France durant la Seconde Guerre Mondiale.

Au terme d’un long jeu de piste, il parvient à le démasquer et à l’arrêter. Mais son enquête ne s’arrête pas là, puisqu’il se lancera également à la recherche du trésor qu’Abetz avait caché pour lui et pour le financement du réseau de résistance nazi, le tristement célèbre Werwolf…

Ce livre est l’aboutissement de plusieurs années de recherches dans différentes archives françaises et européennes, ainsi que le fruit de lecture de nombreux livres et documents historiques. Le défi de Didier Eisack : écrire la micro-histoire pour éclairer l’Histoire.

Un véritable travail de détective… et une enquête de plus de cinq ans !

Un ouvrage biographique passionnant qui plonge le lecteur dans l’incroyable histoire familiale de l’auteur, en le menant jusqu’au moment fatidique où les deux vies parallèles de Joachim Eisack et d’Otto Abetz vont se percuter.

 

Préface de François Heisbourg spécialiste de géostratégie mondiale et européenne1
Postface de Claude Marx, ancien Co-Président de l’Association MemoShoah du Luxembourg.

COMMUNIQUE DE PRESSE


Isbn

Nombre de pages

Versions

Genre

,

Didier Eisack a la double nationalité française et suisse. En 2018, il s’est installé à Reignier-Ésery en Haute-Savoie, avec son épouse, malheureusement décédée au tout début de l’écriture de ce livre. Ancien militaire et Officier d’Administration de l’Armement, il a fait carrière dans les Directions de Projet, de Contrats et Direction Financière d’un Groupe National de Défense Terrestre, où il a exercé des fonctions de cadre dirigeant. Il profite de sa retraite pour se plonger dans un minutieux travail d’archives et renouer avec ses racines. Il découvre alors, enfin, son histoire familiale paternelle, qui lui était jusque-là totalement inconnue. C’est le fruit de ses recherches qu’il présente dans ce livre : son devoir de mémoire, qu’il entend poursuivre.