De retour à Récit

MUZ

En marche… ou pas !

11,90

Drôle de monde que celui-ci où l’on finirait par s’émouvoir davantage devant un petit enfant qui meurt de faim en Afrique que devant Neymar qui passe son été à se rouler dans l’herbe (mais qui est bien payé pour faire ça, qu’on se rassure). Heureusement que BFM WC est là pour nous remettre les idées en place et nous rappeler à l’ordre moral, quand on se surprend à divaguer de la sorte !

Leur rôle est d’intérêt général car sans eux, il serait difficile de s’étalonner et d’oublier à quel point notre vie est monotone et pourrie. Les barbituriques peuvent rester tranquillement dans l’armoire à pharmacie (mais attention quand même à la date de péremption !).

 

Un portrait humoristique et acide de notre société moderne qui ne laissera personne indifférent. Sous la plume de l’auteur et le crayon de son acolyte, notre monde apparaît dans toute son absurdité : les comportements sont immortalisés dans une narration provocatrice et des dessins proches de la caricature pour souligner leur caractère aberrant. Cette alternance de texte et d’illustrations dynamise l’œuvre, nous entrainant de page en page à la découverte de notre propre incongruité. Une lecture piquante dans l’air du temps !

 

Illustrateur

Gabriel Bulik, l’illustrateur de cet ouvrage, né en 1988 à Paris, découvre sa passion pour le dessin durant son enfance. Après des études en cinéma d’animation 3D et un début de carrière dans les jeux vidéo, l’illustrateur en lui s’échappe de l’industrie pour devenir freelance dans les milieux de l’édition à échelle humaine, notamment dans le domaine du jeu de rôle. Cette touche ludique qui lui est chère et son besoin de varier les plaisirs le conduisent à rencontrer MUZ, afin de réaliser une série de dessins humoristiques.


Isbn

9782310051507

Nombre de pages

60

Versions

Papier

Genre

,

Catégories : ,
Enseignant repenti, Muz pose un œil curieux et circonspect sur notre société dite moderne depuis son poste d’observation, mouvant (la rue, son canapé, sa terrasse…). Il en résulte quelques esquisses scripturales et caricaturales, tendres mais acides, bienveillantes mais sans concession, sur l’évolution de notre condition humaine, trop humaine. Quand on n’a que l’humour et le contre-pied pour casser des codes trop codifiés, des limites trop limitantes.